Sanary.com english deutsch italiano russian
Recherche personnalisée
annonceur
abonnez-vous à notre lettre d'information

annonceur



visitez aussi

83bandol.com

83ollioules.com

six-fours.com

article

A. Huxley à Sanary - Biographie condensée A.3

L’amitié avec D.H Lawrence

Table des matièresimage

C’est pendant les années Bloomsburry qu’Aldous Huxley rencontre D.H. Lawrence, poète alors jeune et exalté dont le nom sera un jour célèbre pour de sulfureuses raisons. Le chemin d’Huxley croise de nouveau celui de Lawrence alors qu’ils vivent tous deux à Florence et qu’Huxley invite plusieurs fois Lawrence à Forte dei Marmi. Bien que très différents de caractère, ils finissent par développer une affection mutuelle. Huxley admire l’esprit rebelle de Lawrence qui, au tempérament fort et provocateur, admire l’intelligence et la gentillesse de son acolyte écrivain et de sa femme, qui d’ailleurs composera entièrement l’½uvre la plus connue de Lawrence L’Amant de Lady Chaterley.

À cette époque Lawrence partage sa vie avec sa femme Frida, une Allemande au tempérament volcanique, prise dit-on pour modèle dans L’Amant. Les deux couples se retrouvent de nouveau en Suisse puis à Suresnes où le beau-frère d’Huxley, l’artiste hollandais Joep Nicholas peint le portrait de Lawrence. Aldous et Maria travaillent à la rédaction du manuscrit de Lady Chatterley et s’attachent de plus en plus à ces deux personnages plus explosifs que leurs écrits eux-mêmes. Durant leur séjour à Paris, les Huxley parviennent à convaincre un fragile Lawrence de se faire examiner par les médecins. On lui confirme ultérieurement qu’il a contracté la tuberculose et on lui conseille de rester dans un environnement favorable. Mais ni Lawrence ni sa femme n’ont le sens de la mesure et, au lieu de se reposer, ils voyagent en Europe, d’Espagne jusqu’en Allemagne en plein c½ur de l’hiver glacial de 1929. Vers la fin de l’année, les Lawrence séjournent à Bandol où avait séjourné leur amie commune Katherine Mansfield quelques dix ans plus tôt. Exténué et perturbé, Lawrence prend enfin un peu de repos pour soulager les douleurs que provoque sa maladie déjà bien avancée.

Dans ses dernières lettres adressées aux Huxley, D.H. Lawrence fait l’éloge de cette partie du littoral dont il compare la beauté aux endroits qu’il connaît si bien en Italie. Il leur adresse même un courrier pour les encourager à acquérir une maison. Mais, en janvier, l’aggravation générale de son état de santé oblige son médecin à l’envoyer dans un sanatorium à Vence.

Annonce

Mentions légales - Atelier Sud Web © 2021 - Contactez-nous