Sanary.com english deutsch italiano russian
Recherche personnalisée
annonceur
abonnez-vous à notre lettre d'information

annonceur



visitez aussi

83bandol.com

83ollioules.com

six-fours.com

actualits locales

Amer Azur

C’était en 1999, encore au siècle dernier, celui de tous les tourments, que l’écrivain berlinois Manfred Flugge publiait en français “Exil en paradis“ (Editions du Félin), un ouvrage de référence sur la diaspora intellectuelle allemande qui a séjourné à Sanary-sur-Mer de 1933 à 1945. Nous apprîmes que certains d’entre eux comme les peintres y étaient venus par choix, guidés par le soleil, mais que dès 1933 bien d’autres n’eurent que l’option de choisir l’exil, ou disparaître.
Ce fut la Riviera française, et tout particulièrement Sanary qui accueillit le plus grand nombre de ces prestigieux réfugiés; Thomas MannÉcrivain allemand (1875–1955) et prix Nobel (1929) - Auteur, entre autres, des romans “Les Buddenbrook“, “La Montagne magique“, “Joseph et ses Frères“ et “Le Docteur Faustus“, Lion FeuchtwangerÉcrivain allemand (1884-1958) - Auteur, entre autres, des romans “Le juif Süß“, “Exil“ et “Le Diable en France“, Arnold ZweigÉcrivain allemand (1887-1968) frére de Stefan - Auteur, entre autres, des romans "Le Cas du sergent Grischa" et “Éducation devant Verdun“, Bertolt BrechtBertolt Brecht est un poète, metteur en scène et dramaturge allemand né le 10 février 1898 à Augsbourg (en Bavière), décédé à Berlin le 14 août 1956. Ses pièces apportent la polémique jusqu'en 1928 où il crée L'opéra de quat'sous (musique de Kurt Weill), un des plus grands succès théâtraux de la république de Weimar. La montée du nazisme le force à s'exiler de l'Allemagne en 1933, où son ½uvre est interdite et brûlée. Il parcourt l'Europe avant de s'installer aux États-Unis d'Amérique, en Californie, qu'il doit également quitter en 1947 à cause de ses idées marxistes. Durant cette période, il écrit une grande partie de son ½uvre dont La vie de Galilée, Mère Courage et ses enfants, La Résistible Ascension d'Arturo Ui, Le Cercle de craie caucasien et Petit organon pour le théâtre où il exprime sa théorie du théâtre épique et de la distanciation pour les plus célèbres, et beaucoup d’autres moins connus dont les noms s’alignent sur la plaque de marbre aujourd’hui posée contre le mur de la Maison du tourisme de la ville.

C’est au théâtre Galli que Manfred Flugge nous proposait ce vendredi 17 mai de découvrir l’édition révisée d’“Exil au Paradis“ qui s’intitule à présent, avec un bémol de circonstance “Amer Azur“ - Artistes et écrivains à Sanary. Ce titre évoque la vraie nature de cet exil qui, pour confortable et rassurant qu’il fût dans le milieu des années trente, devint intenable au fur et à mesure de l’avancée de la barbarie qui allait s’abattre sur l’Europe. M Flugge s’attache à mieux nous expliquer le concept de l’arrachement et de l’exil tels qu’ils furent vécu par les écrivains allemands, très beau chapitre d’ouverture sur les pérégrinations de la statue du poète Heine, et l’importance que Sanary joua sur nombre d’entre eux, longtemps même après leur départ.

Pourquoi ces allemands vinrent-ils si nombreux se réfugier sur cette partie de la Côte d’Azur ? C’est cette topographie accueillante, ce même air pur et ce ciel dégagé qui attirèrent ces visiteurs involontaires. Ces gens de lettres ou de bohème trouvèrent à Sanary un havre de repos, de bonnes conditions de travail et une vie peu chère. Dans “Exil en paradis“ Flugge nous ouvrit les portes de cette communauté en exil, en nous proposant un tableau vivant de cette rencontre étonnante d’un village assoupi de pêcheurs du sud de la France et de ses nouveaux habitants plus ou moins turbulents comptant parmi les plus grands intellectuels de leur temps.

Dans “Amer Azur“ l’auteur reprit en les remaniant sensiblement à peu près la moitié du contenu du livre précédent tout en augmentant celui-ci d’une demi-douzaine de chapitres, et il a ramené le champ d’investigation principalement à Sanary et ses proches environs, d’où le nouveau sous-titre.
L’auteur s’étend plus sur la présence des artistes avant-guerre et plus particulièrement celle des anglo-saxons tels Katherine MansfieldKatherine Mansfield (14 octobre 1888 - 9 janvier 1923), écrivaine et poètesse du début du XXe siècle, contribua au renouvellement de la nouvelle avec ses récits basés sur l’observation et souvent dénués d’intrigue. Elle puisait son inspiration de ses expériences tout autant familiales que celles tirées de ses nombreux voyages, DH LawrenceDavid Herbert Lawrence, plus connu comme D. H. Lawrence, (né le 11 septembre 1885 à Eastwood au Royaume-Uni - mort le 2 mars 1930 à Vence en France) est un écrivain britannique, auteur de nouvelles, romans, poèmes, pièces de théâtre, essais, livres de voyage, traductions et lettres ou Aldous HuxleyAldous Leonard Huxley (Godalming, Surrey, 26 juillet 1894 - Los Angeles, 22 novembre 1963) est un écrivain britannique ayant émigré aux États-Unis.
Il vient d'une famille qui a vu naître de nombreux scientifiques de renom. Même s'il est plus connu comme romancier et essayiste, il a aussi écrit des nouvelles, de la poésie, des récits de voyage et des scénarios de film. Dans ses romans et ses essais, Huxley se pose en observateur critique des usages, des normes sociales et des idéaux, et se préoccupe des applications potentiellement nuisibles à l'humanité du progrès scientifique. Alors que ses premières ½uvres étaient dominées par la défense d'un certain humanisme, il s'intéresse de plus en plus aux questions spirituelles, et particulièrement à la parapsychologie et à la philosophie mystique, un sujet sur lequel il a beaucoup écrit. Dans certains milieux, Huxley était considéré à la fin de sa vie comme l'un des phares de la pensée contemporaine.
dont nous avons l’occasion de parler dans nos pages. Sybille Bedford et sa mère Lisa Marchesiani occupent aussi un chapitre entier. Mrs Bedford avant de les écrire (ce fut Huxley qui lui en donna le goût), a elle seule fût un personnage de roman et récemment un journaliste anglais dit d’elle qu’elle fut le Sphinx de Sanary. Il y a peu elle quitta ce monde en emportant ses secrets, mais d’autres personnes étonnantes sont toujours là pour raconter des histoires comme si c’était hier, Alice Schwob amplement citée et l’épouse du peintre et photographe Walter Bondy, Camille à qui ce livre est dédié, jeunettes de 89 et 96 ans à la mémoire intacte!

Manfred Flugge nous dit que la plaque apposée à la Maison du tourisme n’est plus tout à fait représentative, car non exhaustive, pas tout à fait exacte, et il reste des zones d’ombre sur ces histoires personnelles souvent fascinantes. Il s’est proposé de faire la lumière sur d’autres noms, le maire de la ville lui proposa derechef de faire graver une nouvelle plaque pour rectifier les erreurs, et réserver la place aux nouveaux noms que Manfred Flugge ira nous dénicher dans les archives à présent accessibles.

Le fait d’être régulièrement invité à parler de son livre, de consulter les archives aussi bien allemandes que françaises, de dénicher des documents, des témoignages inédits, la pelote s’est un peu plus dévidée, suffisamment pour avoir de la matière pour compléter ce premier travail paru il y a huit ans. Suffisamment pour envisager d’aller plus loin, pour plus tard s’installer à Sanary sur les traces de ses illustres compatriotes? Comme le dit l’auteur en conclusion les chemins de la mémoire ouvrent des voies vers l’avenir.

Annonce

Mentions légales - Atelier Sud Web © 2023 - Contactez-nous