Sanary.com english deutsch italiano russian
Recherche personnalisée
annonceur
abonnez-vous à notre lettre d'information

annonceur



visitez aussi

83bandol.com

83ollioules.com

six-fours.com

article

La Capitale de la Littérature Allemande

Sanary-sur-Mer vue par les exilés de langue allemande 1933-1942

* “La Capitale de la Littérature Allemande“
* L’attraction de la lumière
* Pourquoi Sanary-sur-Mer?
* La situation devint grave pour les exilés
* Fin tragique de “l’Exil au Paradis“

“La Capitale de la Littérature Allemande“
A quoi pense-t-on, si on entend “la capitale de la littérature allemande“? Quelles associations nous viennent-elles à l’esprit? Peut-être Berlin? Ou à la limite Hambourg, Francfort ou Munich? On pourrait le supposer! Mais l’écrivain allemand Ludwig MarcuseÉcrivain allemand (1894–1971)n’a pensé à aucune de ces villes cosmopolites quand il a lancé cette expression. Dans son autobiographie “Mon vingtième siècle“, il entend par “la capitale de la littérature allemande“ Sanary-sur-Mer, un tranquille village français au bord de la Méditerranée. Pourquoi sont-ils venus ici? A l’époque où Ludwig Marcuse vivait à Sanary-sur-Mer, c’est-à-dire entre 1933 et 1939 – il n’y résidait pas seulement des Français.

Entre 1933 et 1942, plus de cinquante intellectuels allemands et autrichiens - la plupart d'entre eux des écrivains très connus - y cherchaient refuge, quelques uns restaient seulement plusieurs semaines, d'autres des années. La plupart d’entre eux étaient des exilés qui avaient fui le régime nazi en Allemagne, parce qu’ils étaient poursuivis pour des raisons politiques ou religieuses. Parmi eux se trouvaient par exemple Bertolt Brecht Écrivain allemand (1898-1956) - Auteur, entre autres, de “L’Opéra de quat’sous“, “Mère Courage et ses enfants“, "La Vie de Galilée" et "Le Cercle de craie caucasien". Il exerça une forte influence sur le théâtre contemporain,Lion FeuchtwangerÉcrivain allemand (1884-1958) - Auteur, entre autres, des romans “Le juif Süß“, “Exil“ et “Le Diable en France“, Alfred Kantorowicz Écrivain et journaliste allemand (1899–1979) - Militant communiste et membre des Brigades Internationales durant la guerre d’Espagne. Auteur du récit autobiographique “Exil en France“, toute la famille du prix NobelThomas MannÉcrivain allemand (1875–1955) et prix Nobel (1929) - Auteur, entre autres, des romans “Les Buddenbrook“, “La Montagne magique“, “Joseph et ses Frères“ et “Le Docteur Faustus“, Ludwig Marcuse, Franz WerfelÉcrivain autrichien (1890-1945) - Auteur, entre autres, des romans “Ce n'est pas l’assassin mais la victime qui est coupable“ et “Les Quarante Jours du Musa Dagh“
etArnold ZweigÉcrivain allemand (1887-1968) frére de Stefan - Auteur, entre autres, des romans "Le Cas du sergent Grischa" et “Éducation devant Verdun“, pour n’en citer que quelques-uns.

Ils se sont évidement réfugiés dans un pays où ils n’étaient pas poursuivis et les raisons pour lesquelles ils se sont exilés sont aussi claires. Mais pourquoi ont-ils justement choisi Sanary-sur-Mer, un village inconnu et sans aucun intérêt culturel? Cela est certainement un phénomène particulier.

L’attraction de la lumière
Il y a deux faits qui expliquent l’attirance de Sanary-sur-Mer sur les exilés: D’un côté, c’est la “faute“ des artistes, d’un autre côté, des Anglais. Dès le début du vingtième siècle, des artistes peintres, notamment les piliers du Café du Dôme à Montparnasse, partirent - comme à la fin du dix-neuvième siècleVincent van Gogh Peintre et dessinateur hollandais (1853-1890) - Précurseur des fauves et de l'expressionisme. Il s’installa en 1888 pour une courte, mais intense période à Arles où il réalisa, entre autres, les tableaux “Vue d'Arles aux Iris”, “Les Barques sur la plage” et “Les Tournesols” - à la recherche de la lumière vers la Provence et la Côte d’Azur.

Attirés par le charme pittoresque, ils s’installèrent dans les petits ports au bord de la Méditerranée: Cannes etAntibes, Hyeres,Le Lavandou ou L’Estaque, Bandolet Sanary.

Au bout d’un certain temps, la présence d’une bohème renommée rendit ces villages et villes eux-mêmes célèbres,Saint-Tropezporta bientôt le sobriquet de “Saint-Germain des Près marin”. C’est un destin que Sanary ne partageait pas. Ceux qui venaient ici estimaient surtout le caractère campagnard de cette bourgade, laquelle offrait quand même un confort minimum: de petits hôtels ou pensions pour se loger et des cafés pour se rencontrer. C’est ici et non dans les autres communes que se regroupèrent les artistes peintres les plus connus de lvépoque: les peintresRudolf LévyPeintre allemand (1875–1944) et Hans Purrmann Peintre allemand (1880–1966), l’illustrateur Rolf von Hoerschelmann Peintre et illustrateur allemand (1880–1966) et le graphiste Emil Orlik Peintre et graphiste allemand (1870–1932). “Ces étés à Sanary entreront dans l’histoire de l’art (et peut-être aussi dans la chronique scandaleuse de la grande bohème européenne)” écrivirent KlausÉcrivain allemand (1906–1949), fils aîné de Thomas Mann. Auteur, entre autres, des romans “Méphisto” et “Le Volcan” et ErikaÉcrivain et cabaretière allemande (1905–1969), fille aînée de Thomas Mann, les enfants aînés de Thomas Mann, en 1931 dans leur guide à la fois touristique et littéraire “Livre de la Riviera” sur Sanary.

Comme pour toute la Côte d’Azur, les écrivains anglo-saxons découvrirent Sanary avant les Allemands. C’est en 1915 que l’écrivain néo-zélandaisKatherine Mansfield Écrivain néo-zélandaise (1888–1923) - Auteur, entre autres, des nouvelles “La Garden Party”, “Pension allemande” et “Sur la baie”vint pour la première fois à Bandol pour raisons de santé. Sa présence attira plus tard l’intérêt de ses amisD.H.LawrenceÉcrivain anglais (1885-1930) - Auteur, entre autres, du roman “L’amant de lady Chatterley”puisAldous HuxleyÉcrivain anglais(1893–1964) - Auteur, entre autres, du célèbre roman “Le Meilleur des Mondes” (photo) pour cette région où ce dernier s’installa dès 1930.
Enfin, au début des années trente, quelques Allemands décidèrent de rester pour de bon dans ce coin paisible. Les premiers étaient le critique d’art Julius Meier-Graefe Critique d'art allemand (1867–1935) - Auteur de plusieurs ouvrages sur des peintres français du 19ème siècle avec sa femme Anne-Marie qui s’installèrent à Saint-Cyr. Ils convainquirent par exemple l’artiste peintre Walter Bondy )Peintre allemande (1905–1994)et l’écrivain alsacien René Schickelé Écrivain alsacien (1883–1940) et pacifiste. Son chef-d'oeuvre, “La veuve Bosca”, fut écrit à Sanary en 1933.
Une vague se déclencha. Comme la présence de Meier-Graefe avait attiré Schickelé, la présence de ce dernier attira Thomas Mann. Et sa présence en attira de nouveau d’autres. Après l’arrivée de Hitler au pouvoir, une “colonie” extraordinaire se cristallisa autour de Meier-Graefe à Saint-Cyr et de l'écrivain Lion Feuchtwanger - la “crème de la crème” de la littérature de Weimar. Ou comme le racontait Ludwig Marcuse: De temps en temps, une bonne partie de la meilleure littérature allemande était au village et fréquentait les cafés “La Marine” ou “La veuve Schwob”
. Sanary était un très vaste “Romanisches Café”, avec des tables en marbre et des maillots de bain.

Annonce

Mentions légales - Atelier Sud Web © 2021 - Contactez-nous