Sanary.com english deutsch italiano russian
Recherche personnalisée
annonceur
abonnez-vous à notre lettre d'information

annonceur



visitez aussi

83bandol.com

83ollioules.com

six-fours.com

patrimoine

  • Un événement oublié - février 1871
  • Fréquentations antiques du port de Sanary
  • Les armoiries de Sanary
  • Genèse
  • Géologie du territoire Sanaryen

  • Regards sur un terroir

    Géologie du territoire Sanaryen

    Aperçu général
    Le territoire de Sanary s’inscrit dans trois unités géologiques distinctes qui sont du Sud au Nord : l'extrémité tout à fait occidentale de la “dépression permienne“, en limite sud de commune ; le “bassin de Bandol“ qui couvre environ 75% de la surface communale; le “massif du Gros-Cerveau“, qui en occupe environ 25%, au Nord.

    La dépression permienne
    Elle constitue un vaste ensemble de sédiments paléozoïques déposés entre 280 et 230 MA*millions d’années au pied des massifs des Maures, du Pradet et de Sicié. Il s'agit essentiellement de grès et d'argilites, de couleur rose à “lie-de-vin“ caractéristique, issus du démantèlement du “socle métamorphique hercynien“. On y associe les premières assises gréseuses et conglomératiques du Trias inférieur.

    A Sanary ces formations “permo-triasiques“ sont visibles à la Pointe du Bau Rouge et dans la petite butte de “l’Hôtel du Parc“. Elles ont été reconnues lors de travaux d'excavation avenue Clemenceau et rue Pasteur. Plus au Sud, sur la commune de Six-Fours, elles forment le soubassement des Lônes et de Bonnegrâce et réapparaissent à l'Ouest de Pépiole, accompagnées de Carbonifère.

    Le bassin de Bandol
    Il est constitué par un petit synclinal, d’axe sensiblement Est-Ouest, de 12 km de long - entre la Pointe Grenier et les quartiers ouest de Toulon - par 5 km de large - entre les reliefs du Gros-Cerveau-Croupatier et la dépression permienne. A l’Ouest il s’ouvre à la mer par la baie de Bandol. Les dépôts, constitués de sédiments marins, s’échelonnent du Trias moyen au Jurassique supérieur, soit entre 220 et 140MA.
    De structure dissymétrique, il montre :
    - un flanc sud réduit au Trias et au Jurassique inférieur, avec un fort redressement des couches visibles sur le littoral de la Cride et de Portissol - le Bau-Rouge (Fig. 2)

    - un flanc nord dont la série s'étage du Trias au Jurassique supérieur et qui présente des dédoublements de couches avec décollement général vers le Nord.
    Le décollement est attesté, hors limites de la commune, par les “lambeaux de recouvrement“ des massifs du Beausset-Vieux et de Pibarnon-Fontanieu.
    Le centre du bassin est dégagé dans les sédiments marno-calcaires du Jurassique moyen - quartiers la Millière, Mortier, la Vernette, la Plaine du Roy, le Logis Déprats - dont la morphologie en “cuvette“ s’abaisse d'Est en Ouest depuis Ollioules, jusqu'à la baie de Bandol. Le c½ur de la cuvette est occupé par les sédiments d’âge oligocène (37 à 32MA) représentés par les argiles et poudingues bien visibles à la faveur du CD 559, le long de la Plage Dorée.

    Le massif du Gros-Cerveau
    Il forme un relief vigoureux, allongé d’Est en Ouest, entre les vallées de la Reppe et du Grand Vallat. Il représente le rebord tout à fait méridional du “bassin du Beausset“ redressé à la verticale, et localement écaillé, lors du décollement vers le Nord des assises triasiques et liasiques du bassin de Bandol. Il est constitué essentiellement par une puissante série calcaro-dolomitique qui s'étage du Bathonien (Jurassique supérieur, -140MA) jusqu'au Bédoulien (Crétacé inférieur, -110MA) qui forme avec les calcaires urgoniens les grands escarpements rocheux dominant les “grès du Val d'Aren“.

    A son extrémité ouest, entaillées par la cluse du Grand Vallat, apparaissent les formations marno-calcaires noirâtres du Gargasien, Clansayésien et de l’Albien (110 à 100MA) redressées à la verticales. Les talus de l’autoroute montrent une belle coupe de cette terminaison occidentale du Gros-Cerveau qui fournit localement de petites ammonites pyriteuses.

    La structure
    La structure du sous-sol de Sanary peut se résumer, schématiquement, en un synclinal d'axe ENE-OSO, s’abaissant à l’Ouest vers la mer.
    * Le flanc sud, en grande partie sous la mer, montre le Trias inférieur gréso-conglomératique - Pointe du Bau Rouge - et le Trias moyen marno-calcaire - Pointe de Portissol - redressés à la verticale. Le contact "verticalisé" avec les formations gréso-argilitiques du Permien n'est pas visible car situé en mer, au Sud, et sous les alluvions de la Reppe, à l’Est.
    * Contrairement au flanc sud, le flanc nord, qui “butte“ sur les contreforts du Gros-Cerveau, affleure en une bande triasique continue de 500 m à 1 km de large, depuis Tassy à l’Ouest jusqu’à la Bernarde, à l'Est. Le Trias montre ici des déformations par plis et écailles, qui se manifestent dans la morphologie par une succession de buttes et de collines calcaires, séparées par des "couloirs" et des dépressions marneuses (Tassy, Ste Trinide, la Piole, le Lançon, la Bernarde...).

    Les pendages sont globalement vers le Sud.
    * Entre ces deux flancs triasiques, nettement dissymétriques, se développent les formations calcaires et marno-calcaires du Jurassique inférieur et du Jurassique moyen.
    Les variations de pendages des strates sont perceptibles :
    - d’une part, entre la rive nord de la baie de Portillon et la rive sud de la baie des Cousses où les calcaires du Jurassique inférieur plongent vers le Nord
    - d’autre part, au Nord de la baie de Bandol où les marno-calcaires du Jurassique moyen et les calcaires du Jurassique inférieur plongent vers le Sud, comme le montrent les coupes de la rive droite du Grand Vallat et celles des tranchées de l'autoroute.

    Relations avec le Bassin du Beausset
    La structure synclinale du bassin de Bandol est “déversée“ sur le bassin du Beausset, par dessus l’ensemble Gros-Cerveau-Croupatier, comme en attestent les massifs du Beausset-Vieux et de Pibarnon-Fontanieu constitués du même matériel (Trias et Jurassique inférieur).

    Sur le territoire de Sanary cela se traduit :
    - au Sud du Gros Cerveau par:
    • le dédoublement de la série triasique entre Tassy et le Lançon
    • l’écaillage et le renversement de couches dans le Trias supérieur et le Jurassique dans les quartiers au Sud de la Clavelle, à Ste Trinide et au Lançon.
    - dans le massif du Gros Cerveau lui-même par :
    . le redressement et le renversement des couches du Crétacé inférieur depuis le Bois de Sanary jusqu’à la Clavelle
    • la formation d'écailles dans les calcaires du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur, entre les Ouvrages du Gros Cerveau et de la Pointe
    • la présence de décrochements, de direction N-S, qui affectent le puissant ensemble calcaro-dolomitique du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur, accidents sans prolongement, au Nord, dans le Crétacé supérieur du bassin du Beausset.

    Quelques centres d’intérêt
    Hydrogéologie
    L’aquifère principal se situe dans les calcaires du Trias moyen (Muschelkalk) et du Jurassique inférieur (Lias), fortement fracturés, qui développent un réseau karstique noyé. Celui-ci est exploité, sous les alluvions de la Reppe, aux confins des communes de Sanary, Ollioules et Six-fours, dans le quartier de la Baou où se trouve la station du Syndicat Intercommunal. L’eau ainsi pompée est stockée à 55/69 m d’altitude dans les réservoirs Desmazures, (capacité de 1800 m3, de Pierredon (2000 m3, à 105/109 m d’altitude) et de la Piole (2100 m3, à 170/175 m d’altitude).

    Le Gour, connu pour ses débordements irréguliers constitue un "regard" sur la nappe karstique. Il s'ouvre dans les calcaires du Muschelkalk, formant ici une petite "reculée" dont le fond est masqué par les formations alluviales et colluviales provenant de l'érosion des proches reliefs.

    Paléontologie
    Le Trias supérieur et le Lias inférieur de Portissol-la Cride montrent, sur des couches verticalisées, des empreintes de pas de Dinosaures étudiées par P. Ellenberger en 1965.
    Les niveaux marno-calcaires du Muschelkalk fournissent localement, en toutes zones, de nombreuses coquilles de Brachiopodes (Coenothyris) : Portissol, la Piole, la Bernarde.
    Les niveaux du Lias sont riches en Brachiopodes (Rhynconelles, Térébratules), Lamellibranches (Pectens, Gryphées) et en Céphalopodes (Belemnites et Ammonites) : la Cride, pont d’Aren, Pierredon.
    Les calcaires urgoniens (Crétacé inférieur) du Gros Cerveau, plus connus sous le nom de "pierre de Cassis", renferment de nombreux fossiles dont les plus caractéristiques sont de petits Rudistes (Requiénies et Toucasies)
    Les niveaux Aptien (Crétacé inférieur) de l’extrémité ouest du Gros Cerveau fournissent de rares ammonites.

    Bibliographie géologique sommaireBercovici Chr. 1979 - Nouvelles observations stratigraphiques et tectoniques sur la géologie de la région toulonnaise, Bull. de la Soc. Sciences Nat. et Archéolo Toulon et Var n° 223, 2ème trimestre 1979, p. 9.
    Bercovici Chr. 1984 - Contribution à la géologie de la région toulonnaise, Annales de la Soc. Sciences Nat. et Archéolo Toulon et Var n° 36 fasc.1, année 1984 p. 1 à 62.
    Bercovici Chr. 2003 – Géologie d’Ollioules. n° 7 des Cahiers de Patrimoine ouest varois : Ollioules.
    Buffetaut E. 1994 – Les plus anciens dinosaures de Provence, in : Dinosaures en Provence, Les Cahiers de Sainte/Victoire/1, EDISUD, 1994, 72 p.
    Ellenberger P. 1965 - Découverte de pistes de vertébrés dans le Permien, le Trias et le Lias inférieur aux abords de Toulon (Var) et d'Anduze (Gard) C.R.Ac. Sc., t. 260, p.5856
    Gouvernet C. 1963 - Structure de la région toulonnaise. Mém. Carte Géol. Fr., 244 p.
    Gouvernet C., Guieu G. et Rousset C. 1979 - Provence, 2ème éd. Coll. Guides géologiques régionaux, 238 p. Masson édit. Paris
    Nury D., Rousset C. 1985 - Extension des dépôts oligocènes de la région de Toulon (Var, Sud-Est France). Cadre structural et implications paléogéographiques, géologie méditerrannéenne, t. XII-XIII, n° 3-4 pp 175-184
    Carte géologique de la France.
    - Feuille de Toulon à 1/80000, (1ère édition), par M. BERTRAND, 1887; (2ème édition), par L. LUTAUD et al., 1950.
    - Feuille de Toulon à 1/50000, (1ère édition), par E. HAUG et al., 1925; (2ème édition), par C. GOUVERNET, 1969.

    annonceur

    Annonce

    Mentions légales - Atelier Sud Web © 2021 - Contactez-nous